Sohrab Sepehri

Sohrab Sepehri

Sohrab Sepehri, célèbre poète iranien, est né à Kashan le 7 octobre 1928. Artiste, peintre et poète de grand talent, Sepehri s’est fait connaître et remarquer avec la publication de « Les pas de l’eau », qui marque la partie centrale et la plus significative de son activité poétique à laquelle se sont ajoutés deux autres volumes. En 1969, il a participé à la Biennale de Paris et peu après, il a exposé ses toiles dans une galerie à New-York où il a vécu pendant une courte période.

L’environnement familial dans lequel il a grandi l’a radicalement influencé, puisque la famille de Sohrab a également opté pour l’art et la littérature. Le père de Sohrab était employé au bureau du Post-Télégraphe, artisan et créateur de la flûte traditionnelle persane, le tar, tandis que sa grand-mère était, elle aussi, une poétesse assez douée. Kashan et les villages environnants ont joué un rôle important dans l’œuvre de Sohrab, tant en peinture qu’en poésie. En effet, dans ses poèmes, il met principalement en avant son pays d’origine qui, entre autres, peut se vanter d’une histoire riche et glorieuse :

« Je viens de la contrée de Kashan.

Ma vie somme toute n’est pas trop difficile.

J’ai de quoi vivre, un brin d’intelligence, un minuscule talent.

J’ai une mère plus douce que les feuilles de l’arbre.

Des amis plus limpides que l’eau courante. »

Sepehri est si populaire parmi les Iraniens qu’on l’appelle généralement par son prénom « Sohrab », comme s’il s’agissait d’un ami que tout le monde connaît. Sohrab a voyagé au-delà de la trajectoire normale des significations quotidiennes. L’utilisation de nouvelles formes dans la poésie le rend compliqué à comprendre mais au fond, il s’agit de brillantes métaphores qu’il appliquait au sens des mots. Les lecteurs sont tellement immergés dans sa poésie qu’ils oublient parfois le monde des réalités et éprouvent une nouvelle reconnaissance de l’homme et de l’univers tout entier.

Sohrab était un amoureux de la nature. Comme un bébé blotti dans les bras de sa mère, Sohrab trouvait le repos au sein de la nature. Il avait un grand respect pour la nature et tout ce qui s’y rapporte. Il était un véritable adorateur qui aimait Dieu et ses créatures, croyant qu’il faut planter dans son cœur la fleur de l’amour pour l’univers entier. Pour Sohrab, l’amour est tout :

« Je ne sais pas

pourquoi on dit : le Cheval est un animal fidèle, la Colombe est belle

Et pourquoi  personne n’a dans sa cage un Vautour »

Expert en bouddhisme, en mysticisme et en traditions occidentales, il a mélangé des concepts occidentaux avec des concepts orientaux, créant ainsi un type de poésie inégalé dans l’histoire de la littérature persane. Pour lui, les nouvelles formes sont de nouveaux moyens d’exprimer ses pensées et ses sentiments. Sa poésie est, en fait, comme un voyage, à chaque fois qu’on la lit, on saisit quelque chose de différent.

Sohrab nous emmène en voyage dans un monde inconnu où les choses laides deviennent belles et où les objets méprisés deviennent le centre d’intérêt des lecteurs. Après avoir laissé une marque poétique indélébile pour la littérature persane, le poète s’est éteint à Kashan en 1980. Son poème intitulé « Où est la demeure de l’ami » a touché le cœur du réalisateur iranien  Abbas Kiarostami qui, en 1987, a écrit et réalisé un film inspiré par la poésie de Sohrab.

« Où est la demeure de l’Ami ?”

C’est à l’aurore que retentit la voix du cavalier…

Montrant du doigt un peuplier blanc, [un passant répondit] :

“Pas loin de cet arbre se trouve une ruelle boisée

Plus verte que le songe de Dieu

Où l’amour est tout aussi bleu que

Le plumage de la sincérité.

Tu iras jusqu’au fond de cette allée…

Au pied de la fontaine d’où jaillissent les mythes de la terre…

Dans l’intimité ondulante de cet espace sacré

Tu entendras un certain bruissement :

Tu verras un enfant perché au-​dessus d’un pin effilé,

Désireux de ravir la couvée du nid de la lumière

Et tu lui demanderas :

Où est la demeure de l’Ami ?”

Commentaires

Laisser un commentaire