Sara Salar

Sara Salar

Sara Salar, écrivain iranienne, née en 1966 à Zahedan, et vivant actuellement à Téhéran, écrit des romans. En plus du noble travail d’écriture, Sara se consacre à la traduction, grâce à laquelle elle a réalisé qu’elle ne pouvait pas arrêter d’écrire, et que l’écriture est vraiment une partie de son être et qu’elle ne se sentira pas bien de perdre cette partie avec un autre travail.

Après avoir terminé ses études, Sara Salar a épousé Soroush Sehat, un célèbre écrivain, acteur et réalisateur iranien. Pendant cette période, Sara a décidé de s’inscrire à des cours de narration afin de pouvoir traduire et exprimer ses préoccupations.

“Au cours du processus de traduction, je suis arrivé à la conclusion que je n’étais pas satisfait. C’était un travail très dur et, petit à petit, j’ai compris que traduire les histoires des autres n’était pas mon métier, car j’avais des choses à dire et je voulais les écrire moi-même avec un stylo.”

“Je suis probablement perdue” est le titre du premier livre de Sara Salar, récompensé en Iran. “Beaucoup de gens pensent que ce livre est l’histoire de ma vie personnelle, parce que j’étais la narratrice de ma propre histoire, mais ce n’est pas le cas”, a déclaré Sara, “mon histoire n’est pas du tout réelle”. Je voulais transformer les histoires dans ma tête en une histoire, mais lorsque je commence à écrire, je ne peux pas m’éloigner de moi-même et des gens qui m’entourent et de leurs expériences. Parfois, ces exemples peuvent être un mélange de plusieurs personnages.

“Je pense que c’est une surprise ! Après un long moment, je me suis libérée du carcan d’expliquer à quelqu’un…. C’est drôle, je me suis libérée du carcan des explications à Mme Batool, je me suis sauvée, je… je sens que ça colle parfaitement…. Si je ne devais pas aller chercher Samiar, je serais restée ici toute la journée… Je vais faire ma toilette. Mes paupières sont plus brillantes qu’elles ne peuvent être facilement dissimulées par du maquillage. Je me maquille rapidement… J’enfile mon manteau et mon pantalon et je mets mon écharpe… Je prends rapidement mon sac à main, mon téléphone portable, mes lunettes et ma bouteille d’eau et je frappe à la porte… Je reste quelques instants devant l’escalier et je descends en courant les escaliers, ces dix étages… C’est juste à côté du mur où je m’assieds et je respire…”

Rate this post

Commentaires

Laisser un commentaire