Ispahan

Ispahan

Ispahan est sans aucun doute l’une des villes les plus belles de l’Iran, ce qui comprend un mélange de la modernité et de l’Histoire. Dans certains endroits de la ville, la partie historique est entourée par les bâtiments modernes mais cela reste toujours un patrimoine unique en Iran. Il existe beaucoup de villes anciennes et historiques dans ce grand pays mais aucune n’a la gloire et le splendeur d’Ispahan, la ville qui est nommé « la moitié du monde ». Les minarets, les portes anciennes et de très belles mosquées ne sont que certains endroits touristiques de cette région.

Attractions

Place Naqsh-e Jahan (l’image du monde), est aussi appelée la place Imam, est la deuxième place la plus grande du monde qui date de l’époque Safavide. La construction de cette grande place (512 x 163 mètres) remonterait à l’an 1011 de l’hégire, sous la domination de Shah Abbas 1er. Ayant une architecture unique et remarquable, des tuiles colorées, une très belle fontaine juste au milieu de la place, tout cela a rendu cet édifice magnifique. La place Naqsh-e Jahan accueillaient les hommes d’affaires qui cherchaient le raffinement artistique. Et elle était autrefois destinée au jeu de polo (il y a 400 ans), il en existe toujours les poteaux.

Mosquée de la reine ou la mosquée de Sheikh Lotfollah est un magnifique chef-d’œuvre de l’époque séfévide. Shah Abas a nommé le talentueux architecte iranien, Ali Akbar Isfahani comme chef de la construction de cette mosquée qui a duré près de 17 ans. Sur l’ordre du Shah, cette mosquée a été dédiée au père de son épouse afin que le religieux libanais puisse avoir une école coranique à Ispahan. L’architecture de cette mosquée est un peu particulière et différente des autres mosquées. Elle n’a pas de minarets, ni de cour intérieure et ni de bassin à ablutions. Pourtant, l’extraordinaire décoration intérieure et extérieure, les jeux de lumière dans le mihrab, la gloire de la calligraphie sur un fond azur et la complexité des motifs et des dessins islamiques, font de cette mosquée, la plus belle de l’Iran.

Mosquée du Shah, aujourd’hui connue sous le nom de la mosquée de l’Imam est la manifestation du génie de son architecte. Une fois terminé les visites de l’intérieure de la mosquée, rendez-vous au milieu de la place Naqsh-e Jahan, vous pouvez constater une grandeur inhabituelle des minarets et une déviation intelligente, volontaire et consciente pour atteindre une harmonie esthétique avec la place. La mosquée de l’Imam est un chef-d’œuvre unique dans laquelle toutes les décorations et toutes ses particules trouvent leur sens dans la symétrie géométrique. La cour intérieure est ornée d’un bassin à ablutions, entouré de quatre iwans majestueux. Amusez-vous du jeu de l’écho au moment de l’appel à la prière.

Pavillon d’Ali Qapu est un palais où le Shah accueillait ses invités. Le palais Ali Qapu a six étages et une porte qui le relie à la place royale. De la place Naqsh-e Jahan, vous avez une vue sur la terrasse du palais avec ses dix-huit colonnes. Les détails qui font de ce palais un chef d’œuvre : le bassin au 5e étage, les plafonds en stuc, les matériaux et les ornements utilisés sur les murs, et enfin, des escaliers en colimaçon qui mènent à la salle de musique, enchanteresse, décorée en stuc qui représente des vases et d’autres thèmes similaires et qui, ensemble, contribuent à rendre la pièce plus acoustique.

Palais Tchehel Sotoun (des quarante colonnes) est un palais royal utilisé pour les cérémonies. À quelques pas de la place, un autre magnifique jardin persan brille dans la cour de ce palais. Le palais est toujours vivant au cœur de ce magnifique jardin, comme si la vie royale n’a pas cessé d’y exister. Les peintures miniatures persanes racontent des histoires qui ouvrent une porte culturelle aux visiteurs.

Mont Soffeh, Situé au sud d’Ispahan, avec ses 2257 mètres offre la possibilité aux sportifs de pratiquer l’escalade, ou aux amateurs de randonnée de profiter des nombreux sentiers de randonnée pour traverser les ruines d’anciens châteaux. Il y a aussi un petit zoo, des restaurants et un téléphérique qui mène directement au sommet : ce dernier vaut le détour car il offre une vue absolument exceptionnelle sur la métropole, donc un must pour visiter Ispahan. https://goo.gl/maps/B7irKKn9Y7mtFzir9

Café Haj Mirza. Chaque centimètre carré des murs est recouvert de photographies, de peintures, de lampes et d’autres objets intéressants. Le salon de thé Azadegan ressemble à une véritable caverne de merveilles. Des hommes âgés constituent la clientèle régulière et racontent des anecdotes divertissantes aux touristes et leur donnent une image plus claire d’Ispahan. Il faut s’asseoir et voir les objets suspendus et goûter, avant de sortir, le « Dough », une boisson iranienne à base de yaourt, une glace au safran, une tisane ou même les plats traditionnels comme Babaganoush ou Ash-e reshteh (une sorte de soupe aux légumes). Pour une digestion optimale, vous pouvez prendre un thé classique accompagné du sucre en morceaux. https://goo.gl/maps/gGF62YUneUfNzN1W6

Café-Restaurant Hermès, avec son mélange de couleurs noir et blanc et ses lustres modernistes, a l’atmosphère d’un country club élégant et presque futuriste. Son menu répond aux exigences de la clientèle occidentale avec une large gamme de salades, de pâtes, de pizzas et de hamburgers, et le service est professionnel et direct. Leur slogan : de la nourriture fraîche et du bon café. https://goo.gl/maps/MEQtXm3WbyTzuyay7

Caravansérail Abbasi du XVIIe siècle transformé en complexe hôtelier est un bâtiment exquis qui mérite une visite, voire un séjour. Le restaurant sur le toit offre une vue particulièrement agréable (ouvert en été), et le salon de thé dans la cour n’est pas sans charme.

Café Qeysarieh, situé sur le côté nord de la place Imam, à côté du bazar, propose du thé et des tisanes avec une vue fantastique sur la place. Alors que l’intérieur présente des photographies et des ornements colorés, la terrasse offre une plateforme plus sereine où l’on peut profiter de la vue impressionnante. Il vaut la peine de s’y rendre à différents moments de la journée pour observer les divers états de la plus grande place d’Iran.

Quartier Jolfa, surnommé « le nouveau Jolfa », du nom d’une ville où de nombreux Arméniens ont été transférés par le Shah d’Iran. Ce quartier est situé au sud de la rivière Zayandeh Rud qui traverse la ville. C’est en fait l’un des quartiers les plus visités d’Iran, car il abrite une dizaine de monuments religieux tels que la célèbre cathédrale Vank, la plus visitée d’Iran, construite au XVIIe siècle et toujours en activité, qui vaut à elle seule le détour lors d’une visite à Ispahan. De plus, ce quartier très animé offre de nombreux cafés et restaurants, des marchés, des boutiques et des salons de thé, tout a un style particulier car ici les jeunes de la ville qui font partie des différentes communautés religieuses d’Ispahan sont mélangés : juifs, chrétiens et musulmans.

L’un des lieux fascinants du quartier de Jolfa est sans aucun doute Sharbat Khaneh Firouz : https://goo.gl/maps/nAYew36Xw6zRkpUt9

Cathédrale Vank et son musée attenant racontent l’histoire d’un peuple qui a vécu en dehors de leur patrie depuis plus de 300 ans. L’Iran savait non seulement comment les accueillir mais aussi comment les protéger des conflits sociaux qui les menaçaient. Dans la cour de la cathédrale Vank, les Arméniens ont ouvert, avec un tel soin, un musée d’anthropologie où vous pouvez vous plonger dans la culture d’un pays du passé jusqu’à nos jours. Ce n’est pas la fin de l’histoire car la cathédrale Vank n’est pas la seule église à Ispahan. Chaque année, le 24 avril, les Arméniens se réunissent à la cathédrale Vank pour commémorer les victimes du génocide arménien en 1915. Dès que vous entrez dans la très élégante cour de la cathédrale de Vank, en descendant les escaliers de l’entrée principale, vous pouvez voir l’un des plus importants monuments du peuple arménien, dédié aux personnes qui ont perdu la vie lors de cette grande tragédie.

Visite de la mosquée de vendredi à Ispahan est l’une des visites les plus importantes, car on pourrait admirer les progrès de l’architecture irano-islamique du XVIIe au XIXe siècle. Alors, il n’est pas faux de dire que la mosquée du vendredi d’Ispahan est l’une des plus anciennes et plus complètes en son genre dans tout le pays. Au 14e siècle, un exemple de mihrab, appelé le mihrab d’Oljaito est né dans cette mosquée. Ce monument en stuc est composé de matériaux spéciaux, des inscriptions en 3D accompagnés de motifs sculptés floraux et géométriques. La mosquée a deux espaces complètement reconnaissables, même pour les inexpérimentés : l’espace intérieur et l’espace extérieur. Les couleurs brique à l’intérieur et les couleurs bleu azur et turquoise à l’extérieur sont à admirer. Aller d’un espace à l’autre, nous permet de voyager dans le temps surtout quand on est sous le dôme Taj al-Moluk, le plus beau dôme en brique de l’Iran.

Jardin des oiseaux, créé dans les années 1970, est une grande volière qui regroupe plus de 5000 espèces d’oiseaux, principalement d’Iran mais aussi des pays asiatiques et africains. Les différents espaces sont aménagés en fonction des caractéristiques de chaque espèce, comme un étang pour flamants roses ou les canards. En plus, l’espace abrite des perroquets multicolores qui émerveilleront les plus petits et de nombreux vendeurs ambulants proposeront aux visiteurs de la nourriture bon marché. Pour ceux qui recherchent quoi faire à Ispahan, c’est une excellente destination !

Si-o-se Pol ou Pont aux 33 arches, est l’un des ponts exemplaires de la ville. Il se distingue par sa structure à deux niveaux. Nous vous recommandons surtout d’admirer les lumières nocturnes, orientées vers les majestueuses arcade, qui donnent au bâtiment un aspect surnaturel après le coucher du soleil ! Le pont sert également à réguler le niveau d’eau de la rivière qu’il traverse, et a donc un double rôle : culturel et infrastructurel. Le pont aux 33 arches est le pont le plus célèbre qui traverse la rivière Zayandeh Rud et a toujours été un excellent choix à visiter. Cette rivière est l’une des plus longues d’Iran et parcourt environ 480 kilomètres.

Pont Khaju est construit sous le règne du Shah Abbas II vers 1650 (un pont y avait déjà existé). Le pont Khaju servant de pont et de barrage est long de 132 m et comporte deux niveaux, le niveau inférieur équipé d’écluses spéciales qui régulent le niveau d’eau de la rivière. Les peintures et les terres cuites originales sont encore visibles à certains endroits, ainsi que les restes des bancs de pierre qui permettaient au Shah d’admirer le paysage. Le pavillon construit au centre aussi lui était réservé.

Comments

Laisser un commentaire